Toutes les célébrités achètent des followers?

Toutes les célébrités achètent des followers?

21 juin 2020 0 Par Yohan

De nos jours, la stature d’une célébrité ou d’un projet se mesure de plus en plus à l’aune de l’empreinte que lui confèrent les médias sociaux.

 

Mais combien de ces abonnés Twitter et de YouTube sont légitimes ?

 

Dans son nouveau reportage d’investigation “Fame : À vendre”, Frank Elaridi, journaliste pour ABC News, explore le phénomène des célébrités et des artistes qui achètent des abonnés de Twitter et des vues de YouTube afin d’améliorer leur profil et, dans certains cas, d’utiliser leurs abonnés gonflés pour s’attirer des contrats certaines vont meme jusqu’à acheter des partages youtube pour vous dire à quel point de phénomène a pris de l’ampleur ces dernières années.

 

Elaridi a mis au jour ce que Karen North, professeur de médias sociaux à l’USC, a appelé “une énorme, énorme industrie artisanale” de sociétés qui vendent des abonnés Twitter et des vues de YouTube.

 

Dans son rapport, Elaridi s’entretient avec un marchand de followers qui prétend avoir vendu des followers à une société représentant Paris Hilton, la star de “Real Housewives” Yolanda Foster et un membre de la distribution de “Glee”, entre autres.

 

Comment avez-vous découvert que les gens achètent des abonnés Twitter et des vues de YouTube ?

 

C’est drôle, parce que j’avais une vidéo qui a reçu beaucoup de vues que j’ai depuis retirée.

 

C’était ma bobine, ma bobine d’hébergement, et mon ami m’a dit : “Wow, tu as beaucoup de vues sur ça, tu as acheté des vues ? Et moi : “Comment ça, j’ai acheté des vues ?” Je ne savais même pas qu’on pouvait faire ça. Alors j’ai commencé à faire des recherches pour voir comment ça marchait, et mon colocataire qui est acteur m’a dit : “Oui, tu peux aussi acheter des abonnés à Twitter.” C’est alors que j’ai décidé que c’est une histoire. C’est en quelque sorte acheter la célébrité.

 

A quel point était-il difficile de trouver des points de vente pour acheter des vues et des abonnés ?

 

C’est tellement facile. C’est comme faire des achats en ligne pour Cialis. Tout comme si vous alliez en ligne pour chercher des chaussures, et que vous lanciez une recherche sur Google ou autre pour trouver des chaussures, et que vous obteniez des milliers d’options. C’est la même chose pour les abonnés Twitter et les visiteurs de YouTube.

 

Il suffit de taper “Acheter des followers de Twitter” dans Google ou “Acheter des vues de YouTube”. Et vous aurez le choix entre de nombreuses options. Il ne s’agit pas d’en trouver un, mais d’en choisir un que vous voulez acheter. Vous recevez tellement d’offres pour différents forfaits – vous pouvez en obtenir 5 000 de ceci ou 10 000 de cela, en savoir davantage sur hostblog.fr.

 

Comment ces entreprises fournissent-elles les “faux” followers de Twitter et les vues de YouTube ?

 

Chacun d’eux est différent. J’ai parlé à un jeune cinéaste, Ryan Turner, qui achetait des vues YouTube pour ses vidéos qu’il diffusait. Il m’a dit que lorsqu’il vérifiait les graphiques, c’était toujours, comme, le plus regardé en Indonésie. Toutes ses vues YouTube provenaient d’Indonésie.

 

Dans le cadre de votre rapport, vous vous êtes acheté des abonnés Twitter. Quel est l’intérêt d’acheter de faux followers, s’ils ne vous suivent pas réellement ?

 

Cela vous fait paraître plus célèbre que vous ne l’êtes et, en ce sens, d’autres personnes commencent à vous suivre, et vous commencez en fait à vous constituer un public légitime. J’avais 13 000 abonnés avant [j’ai acheté les abonnés Twitter], et ensuite j’en ai eu environ 20 000. Avec 13 000, c’était plutôt bien.

 

Mais avec 20 000, quand je suis quelqu’un, il me suit immédiatement. Ou bien une personne plus célèbre ou une personne remarquable me suivra, parce qu’ils se disent : “Oh, cette personne doit avoir des abonnés”.

 

Selon vous, quelle est l’ampleur de ce phénomène ?

 

Je pense qu’il est très répandu, parce que lorsque je parlais aux managers et aux agences numériques officieusement, ils me disaient tous – littéralement, chacun d’entre eux, lorsque je leur racontais l’histoire – “Oh, j’ai des clients qui me demandent de faire ça pour eux”.